Prix

Niveau de vie et pouvoir d’achat (Video)

La société mauricienne est à double vitesse. Des hôtels pour millionnaires d’un côté et une population à la limite de la pauvreté de l’autre. Les salaires mensuels des Mauriciens varient en effet entre 3 000 et 15 000 roupies (soit entre 80 et 400 €), ce qui fait une moyenne de 200 € par mois. Un employé qui gagne plus de 500 € (20 000 roupies) est à l’aise. Il y a effectivement un monde entre vivre entièrement à l’européenne en consommant des camemberts importés, deux fois plus chers qu’en France, et vivre à la mauricienne en allant manger copieusement et très correctement dans un petit restaurant pour 120 roupies, soit 3€.

Globalement, si l’on vit comme en France, il faudra multiplier les dépenses par deux par rapport au mode de vie d’un mauricien moyen. Si l’on mélange les deux, le coût de la vie sera à peu près identique à celui qu’on connaît en France. Avec un budget de 2 000 € par mois, loyer compris, un retraité peut vivre très bien sur l’île Maurice, pour peu qu’il ait quelques réserves (il faudra quand même produire 32 000 € chaque année pendant trois ans pour avoir droit au statut de résident indispensable, voir L’installation à Maurice). Mais, répétons-le, on peut vivre avec beaucoup moins si l’on s’adapte totalement au mode de vie mauricien.

Prix des produits de consommation courants

Les produits courants sont assez chers pour un Mauricien, mais souvent très abordables pour un européen bénéficiant d’un revenu en euros. Les prix varient selon l’endroit où l’on s’approvisionne. Les petites boutiques et les marchés sont moins chers que les grandes enseignes commerciales dont certaines sont familières aux Français métropolitains (Jumbo, Super U, Franprix, Shoprite, Way, Monoprix, etc.). On trouve toutefois dans ces derniers des produits typiquement français.

Par ailleurs, les prix sont généralement moins élevés dans le centre et le sud-est (Curepipe ou Mahébourg) que dans les zones touristiques (Port Louis, Grand Baie). Sachant que l’inflation est assez importante à Maurice (9% par an de 2006 et 2008, 7% en 2009), il faut s’attendre à ce que les prix augmentent encore à l’avenir, surtout pour les produits alimentaires. Selon le journal local L’Express, ils auraient augmenté de 60% en cinq ans. Les prix des fruits et légumes du marché, comme en France, subissent les aléas climatiques et peuvent parfois tripler soudainement pour redescendre ensuite.

Pour convertir en euros les prix des produits en roupies, nous avons appliqué un taux de change de 40 roupies pour un euro (voir Argent). Mais ce taux de change est variable, puisque l’euro lui-même varie. Comme il est actuellement en hausse, le taux de change est plus proche de 42 roupies pour un euro, ce qui joue en faveur de ce dernier. Les prix en euros sont donc ici un peu surévalués.

Quelques prix Produit, prix moyen et équivalent en euro

  1. Un litre d’essence 50 roupies, soit environ 1,25 €
  2. Une baguette de pain 5,50 roupies, soit environ 0,15 €
  3. Un kilo de pommes de terre 25 roupies, soit environ 0,65 €
  4. Une livre de riz au marché 15 roupies, soit environ 0,40 €
  5. Un kilo de riz au supermarché 100 à 200 roupies, soit environ 2,50 à 5 €
  6. Une livre de tomates 90 roupies, soit environ 2,25 €
  7. Un pack de 4 yaourts 40 roupies, soit environ 1 €
  8. Une bouteille de bière locale 25 roupies, soit environ 0,65 €
  9. La même bouteille dans un café 75 roupies, soit environ 1,90 €
  10. Une bouteille de vin 65 à 300 roupies, soit environ 1,70 à 7,50 €
  11. Une bouteille de pastis ou whisky 1 000 roupies (et plus), soit environ 25 €
  12. Une coupe de cheveux 100 roupies, soit environ 2,50 €

Bon à savoir

  • Les sacs plastique dans les boutiques sont payants (0,5 roupie) et maitenant interdite mais toujours praticable dans certains commerces.
  • Attention: la mesure du poids des produits est la livre (un demi-kilo) et non le kilogramme. Comme dans nombre de pays du Sud, le marchandage est une institution sur l’île Maurice, surtout sur les marchés. Inutile toutefois de marchander dans les supermarchés, qui se multiplient sur l’île.
  • Les taxis aussi forment une corporation où le marchandage est de rigueur (voir Taxis). Le service est généralement compris, mais un pourboire d’une vingtaine de roupies est d’usage avec les taxis et le personnel de service (hôtels, restaurants).